Alerte Cobra : Fanclub Français : Le forum de la communauté des fans Français Index du Forum



 Bienvenue 
   -- Bienvenue Invité sur le forum du site  http://www.cobra11.free.fr --



-- La communauté des fans Français --  


 
Je me relance ^^
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Alerte Cobra : Fanclub Français : Le forum de la communauté des fans Français Index du Forum » Le coin détente » Fanfics » Fanfics {classique}
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Anna
2000 messages
2000 messages

Hors ligne

Inscrit le: 24 Jan 2009
Messages: 2 273
Localisation: Suisse
29/12/1995
Acteur préféré: Charlotte Schwab
Point(s): 607

MessagePosté le: Mer 19 Aoû 2009, 22:51    Sujet du message: Je me relance ^^ Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
Chose promise, chose due : je me relance dans l'écriture d'un scénario immaginaire ! Cool
Alors je vouis préviens, comme d'habiture, que mon histoire ne pourra pas plaire à tout le monde, mais je vais faire tout mon possible pour rendre mon histoire plausible siffle , compréhensible et agréable à lire...

Sur ce bonne lecture et dites ce que vous en pensez, que ce soit compliment ou reproches... bref, soyez francs

deutsch



___ ___ ___ ___ ___ ___ ___ ___ ___ ___ ___ ___
"Und was wie ewig schien ist schon Vergangenheit"

www.quelquehistoires.skyrock.com
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Anna
2000 messages
2000 messages

Hors ligne

Inscrit le: 24 Jan 2009
Messages: 2 273
Localisation: Suisse
29/12/1995
Acteur préféré: Charlotte Schwab
Point(s): 607

MessagePosté le: Mer 19 Aoû 2009, 22:56    Sujet du message: Je me relance ^^ Répondre en citant

Voilà le début, c'est tout ce que j'ai eu le temps de faire en une soirée ^^. Je vous promet de poster la suite bientôt Wink .

Bonne lecture

************************************************

Dans une vieille voiture grise qui semblait avoir du mal à tenir la route, deux hommes venaient de faire un braquage dans le centre-ville. Les deux fuyaient en direction de la campagne, et l’un des deux hommes, le plus grand qui devait avoir une quarantaine d’années, était au volant tandis que l’autre, plus petit qui devait avoir cinq ans de moins, comptait des liasses de billet :

Passager : 980,990, 100'000. On vient de se faire 100'000 euros, tu te rends compte ! Dit-il d’un air béat.

Conducteur : Marc, gardes ton calme… on doit d’abord disparaître un moment, Jo et Franc nous attendent au chalet.

Marc (Passager) : Et si on se croque sur les poulets ?


Les poulets, comme il le disait, était depuis le début de la journée dans une agitation peu commune : Entre ce braquage dans le centre, Henri qui organisait les 10 ans de la brigade et Schrankmann qui faisait un fromage à Engelhardt au sujet d’un intervention qui avait coûté un kiosque à la ville, nos deux ami ne savaient plus où donner de la tête. Ils étaient momentanément vers le bureau d’Andréa :

S : Alors, ça dit quoi ?

A : Pas grand-chose, ils se sont enfuis à bord d’une voiture volée, j’ai lancé un avis de recherche…

T : Elle s’en sort, à côté ? Demanda-t-il en indiquant le bureau de la Chef où se tenait, raide comme une borne kilométrique, la procureur générale Schrankmann.

A : Oui oui, elle a l’habitude…

Boris arriva en trombe :

B : Ça y est, on nous signale la voiture recherchée sur une air de repos de l’A 8, juste avant la sortie pour Benzberg.

Les deux attrapèrent leur vestes et se précipitèrent vers leur véhicule. Ils roulèrent durant quelques minutes avant d’arriver à la hauteur de la fameuse air de repos. Nos deux amis sortirent de leur voiture et ne tardèrent pas à repérer la voiture suspecte, à une dizaine de mètres d’eux. Ils dégainèrent leurs armes et se faufilèrent en direction du véhicule des fuyards du quel un homme sortait à l’instant, une valise à la main. Il se retourna et aperçut les deux policiers qui se rapprochaient de lui.

S : Stop, police !!!

L’homme se précipita dans sa voiture, laissant la valise sur le trottoir, et démarra en trombe. Semir se lança à la poursuite de l’homme alors que Tom retourna chercher la voiture. Il ne tarda pas à rejoindre Semir, qui courrait à toute vitesse derrière le véhicule du fuyard :

T : Allé monte, tu vois bien que t’as aucune chance !

S : Ma parole, c’est ma voiture !

Tom leva les yeux au ciel et accéléra pour rattraper le fuyard qui avait quitté l’air de repos et s’était engagé sur l’autoroute. Ils se lancèrent à la poursuite de véhicule qui roulait à vive allure en zigzagant entre les voitures, et Semir regarda d’un air songeur la conduite de son amis :

S : Tom, tu me bousilles pas ma bagnole

T : Comment voudrais-tu que je te la casse, c’est pas moi qui envoyé la dernière à la casse…

S : Avec la kiosque ? C’était un accident !

T : Peut-être mais si je m’en étais pas mêlé t’aurais écrasé la procureur !

S : Et alors ?

Tom le regarda et un sourire se dessina sur ses lèvres :

T : Appelles le central avant que cet enfoiré ne nous file entre les doigts, tu veux ?

S : Oui chef ! Dit-il en s’emparant du micro : « Cobra 11 à Central, nous avons pris la voiture suspecte en chasse, nous sommes sur l’A 8 au km 132, demandons renforts, terminé. »

Ils continuèrent la poursuite, qui s’averrait peu commode à une heure où l’autoroute était des plus encombrée.

T : C’est bien, il rentre au poste. Lança-t-il avec ironie au moment où le fuyard pris la direction qu’indiquait le panneau « Autobahnpolizei ».

Ils arrivaient à la hauteur du poste quand Tom décida de doubler le véhicule, chose qui pouvait paraître impossible vu qu’un camion bloquait la chaussée.

S : Euh Tom, tu comptes faire quoi au juste ?

Tom ne quitta pas la route des yeux, et passa par la bande d’arrêt d’urgence, qui était encombrée par des travaux.

S : oh non non non non non !!!

La rampe d’un camion qui avait été laissée au sol leur servir de tremplin, et la voiture de nos deux amis s’en retrouva projetée dans les airs. Dans le bureau de la Chef, depuis lequel on avait, je vous le rappelle, une vus d’ensemble sur l’a 8, Schrankmann se Engelhardt se retournèrent les deux en même temps et contemplèrent la scène avec ahurissement pour Schrankmann et colère pour Engelhardt…

**********************

Voilà ^^ Mr. Green



___ ___ ___ ___ ___ ___ ___ ___ ___ ___ ___ ___
"Und was wie ewig schien ist schon Vergangenheit"

www.quelquehistoires.skyrock.com


Dernière édition par Anna le Sam 22 Aoû 2009, 10:25; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Alkhobra
1500 messages !
1500 messages !

Hors ligne

Inscrit le: 27 Fév 2009
Messages: 1 531
Localisation: Provence-Alpes-Côte d'Azur
26/03/1988
Acteur préféré: René Steinke
Point(s): 185

MessagePosté le: Jeu 20 Aoû 2009, 08:57    Sujet du message: Je me relance ^^ Répondre en citant

Mort de Rire  La poursuite, Schrankmann qui assiste en direct live aux cascades de Semir et Tom... A mon avis ils vont se faire démonter à leur retour au poste Mr. Green
ça commence fort, la suite



___ ___ ___ ___ ___ ___ ___ ___ ___ ___ ___ ___
Revenir en haut
Tchern
Producteur
Producteur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Fév 2009
Messages: 1 228
01/04/1965
Acteur préféré: Pas de préférence
Point(s): 682

MessagePosté le: Ven 21 Aoû 2009, 05:14    Sujet du message: Je me relance ^^ Répondre en citant

Super ! Ta nouvelle fanfiction commence sur les chapeaux de roue !
Aïe aïe aïe je crains fort qu'ils se fassent engueuler !

La suite please ! Wink



___ ___ ___ ___ ___ ___ ___ ___ ___ ___ ___ ___
Sans méchants pas de bons flics !
Revenir en haut
venus95
2000 messages
2000 messages

Hors ligne

Inscrit le: 26 Avr 2009
Messages: 2 327
Localisation: Poitou-Charentes
21/06/1995
Acteur préféré: Christian Oliver
Point(s): 106

MessagePosté le: Ven 21 Aoû 2009, 14:49    Sujet du message: Je me relance ^^ Répondre en citant

Mort de Rire Mort de Rire Mort de Rire Mort de Rire Mort de Rire Mort de Rire

bon apart sa ta fic est vraiment génial comme d'hab'.Continue comme sa


Revenir en haut
Anna
2000 messages
2000 messages

Hors ligne

Inscrit le: 24 Jan 2009
Messages: 2 273
Localisation: Suisse
29/12/1995
Acteur préféré: Charlotte Schwab
Point(s): 607

MessagePosté le: Sam 22 Aoû 2009, 10:57    Sujet du message: Je me relance ^^ Répondre en citant

Avec un peu beaucoup de retadr voici la suite. ça part un peu sur les chapeaux de roues mais j'avais pas envie de faire une introduction qui dure 16 pages Wink . Donc c'est une histoire assez simple...

*****************************

La voiture de nos deux héros atterrit juste é côté du fuyard, qui se retrouva coincé derrière un camion et n’eu d’autres choix que de prendre la sortie pour le commissariat. Complètement paniqué, l’homme descendit de son véhicule et se précipita à l’intérieur du bureau avant que Tom et Semir n’aient eu le temps de le chopper. Il entra et se mit à tirer sur tout ce qui bougeait. La Chef, qui sortait à l’instant du son bureau accompagnée de Schrankmann, entraîna la procureur au sol, mais une seconde trop tard, car la vieille bique fût touchée au bras. Tous les collègues s’étaient mis à couvert sous les tables quand Tom et Semir arrivèrent par dernière et ce fut Semir qui colla son canon dans le dos de l’homme :

S : Jettes ton arme au sol !

L’homme se raidit d’un coup et laissa tomber son arme.

Les collègues passèrent les menottes à l’homme qui semblait un peu secoué pendant que Tom et Semir se précipitèrent vers le bureau de leur supérieure, assise parterre aux côté de Schrankmann, qui se tenait l’avant bras, pliée en deux. Henri arriva en trombe avec un linge :

H : L’ambulance est en route, tenez. Dit-il en donnant le linge à la Chef.

Pendant que Engelhardt lui faisait un garrot pour éviter une hémorragie, Schrankmann gémissait tout en grognant :

SCH : C’est la dernière, la dernière fois que je viens dans ce commissariat ! Aïe !!!

E : Voilà, ce n’est qu’une égratignure…

L’ambulance arriva et emmena la procureur, pendant que dans le bureau fourmillaient policiers et réparateurs. En salle d’interrogatoire, nos deux héros essayaient de faire parler l’homme, qui n’avait pas lâché un traître mot :

S : Mon pauvre ami, je sais pas si tu te rends compte que tu viens de tirer sur la procureur générale… alors je te conseille ce coopérer si non ça pourrait bien finire en perpette pour toi.

L’homme ne dit rien, et Andréa entra dans la pièce :

A : Les collègues sont allé voir à l’air de repos, aucune traces de la mallette. Et je n’ai pas pu identifier ce Monsieur, il n’est pas répertorié dans notre base de données.

Tom regarda l’homme droit dans les yeux :

T : Vous feriez mieux de parler…

S : Il ne dira rien… Il va être mis en préventive, nous on a autre chose à faire que d’essayer de tirer quelque chose de cette tombe.

Les deux amis sortirent de la salle au moment où Müller y entrait pour emmener l’homme en préventive. Ils furent interpellés par la Chef qui leur fit signe de venir dans ce qui restait de son bureau. En effet, une petite flaque de sang tachait le seuil, et les vitres étaient cassées à deux endroits, sans parler des stores qui avaient subi le même sort. La Chef regarda autour d’elle, l’air pensive :

E : Bon, je passerais sur les détails de l’intervention d’il y a quelques minutes.

Elle haussa la voix, certes pas très fort contrairement à ce que nos deux amis s’étaient préparés :

E : Mais je me demandais simplement si vous avez réfléchi, ne serait-ce qu’un traître instant, à la conséquence de vos actes. Vous vous rendez compte que Madame Isole-Maria Schrankmann a assisté à votre cascade depuis mon bureau !

Les deux baissèrent le regard, puis, la Chef soupira en regardant par le fenêtre.

E : Je serais vous je me dépêcherais de rédiger un rapport des plus complet…

Les deux firent oui de la tête puis Tom demanda :

T : Comment va-t-elle ?

E : C’est superficiel, elle sera sortie dans une heure. Nous n’avons encore aucune nouvelle sur l’identité de cet homme, ni celle de son complice dont nous avons prélevé les empreintes dans la voiture. J’ai téléphoné à la commission de Frankfort et demain Andréa aura l’accès aux dossiers d’Interpol pour l’indenté. Jusque là on est coincés…

Les deux prirent congé de leur supérieure et allèrent rédiger leur rapport. Un quart d’heure plus tard, le complice de l’homme qui avait été amené en préventive, entra dans le commissariat, s’adressa à Andréa et lui demanda à parler au commissaire principal Engelhardt. La jeune femme l’y conduit, et laissa la commissaire et le braqueur dans le bureau. Celui-ci lui demanda si ils avaient les identités des deux suspect. La Chef, un peu surprise qu’on lui pose cette question, demanda à l’homme qui il était, mais celui-ci répliqua :

H : Je vous demande de répondre à ma question, c’est le directeur des services de police qui m’envoie.

E : Je peux voire votre carte ? vous comprenez, ce n’est pas faute de vous faire confiance…

Elle n’acheva pas sa phrase et blanchit devant le pistolet-mitrailleur avec lequel l’homme la pointait. L’homme la saisit fermement et lui cola brutalement le canon de son arme sur la tempe. Il sortit du bureau et tous les collègues le pointèrent de leur arme :

H : Baissez votre arme où je lui explose la tronche !!!

Lentement, les policiers posèrent leur arme au sol.

H : Allé, tout le monde sort… j’ai dit dehors !

Nos amis n’eurent d’autres choix que de quitter le commissariat, laissant le braqueur seul avec Engelhardt. Il la menotta à un radiateur et s’empara du téléphone :

H : Si tu fais exactement ce qu’on te dis il ne t’arrivera rien. Alors voilà ce que tu vas faire…

Après quelques explication, il libéra Engelhardt et la laissa s’emparer de la radio, sans la quitter du canon.

E : Cobra 11 ? répondez.

Dehors, Tom et Semir étaient entrain de faire connaissance avec le Chef du GIGN, un homme d’une quarantaine d’années, qui se serait sans doutes très bien entendu avec Schrankmann si il lui avait été donné de la connaître. Les sections spéciales s’étaient réparties autour du commissariat et attendaient les ordres. Semir et Tom entendirent l’appel et coururent jusqu’à leur véhicule :

S : Oui, ici Cobra 11, Chef vous n’avez rien ?

E : Non, ça va je n’ai rien…

De l’autre côté du fil, l’homme appuya un peu plus le canon :

E : écoutez, Semir… il y a un homme qui va venir rejoindre l’homme qui est dans le bureau. Vous devez le laisser passer, il en va de ma vie, terminé.

Semir et Tom se retournèrent vers le Chef du GIGN, qui écoutait la conversation. Il acquiesça puis avertit ses hommes.



___ ___ ___ ___ ___ ___ ___ ___ ___ ___ ___ ___
"Und was wie ewig schien ist schon Vergangenheit"

www.quelquehistoires.skyrock.com
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
venus95
2000 messages
2000 messages

Hors ligne

Inscrit le: 26 Avr 2009
Messages: 2 327
Localisation: Poitou-Charentes
21/06/1995
Acteur préféré: Christian Oliver
Point(s): 106

MessagePosté le: Sam 22 Aoû 2009, 11:05    Sujet du message: Je me relance ^^ Répondre en citant

10/10 super j'adore l'histoire slurp vivement la suite

ps:mais d'ou te viens cette idée que la procureure soit toucher par une balle? siffle


Revenir en haut
Tchern
Producteur
Producteur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Fév 2009
Messages: 1 228
01/04/1965
Acteur préféré: Pas de préférence
Point(s): 682

MessagePosté le: Dim 23 Aoû 2009, 08:44    Sujet du message: Je me relance ^^ Répondre en citant

Super ! Du suspens ....mais j'espère que ce n'est pas un adieu à la Chef !
Et je me pose la même question que Venus " d'ou te viens cette idée que la procureure soit toucher par une balle? "

Heu la suite please !!!!



___ ___ ___ ___ ___ ___ ___ ___ ___ ___ ___ ___
Sans méchants pas de bons flics !
Revenir en haut
Alkhobra
1500 messages !
1500 messages !

Hors ligne

Inscrit le: 27 Fév 2009
Messages: 1 531
Localisation: Provence-Alpes-Côte d'Azur
26/03/1988
Acteur préféré: René Steinke
Point(s): 185

MessagePosté le: Dim 23 Aoû 2009, 08:48    Sujet du message: Je me relance ^^ Répondre en citant

Hum, je pense que Semir et Tom vont se faire démonter par Schrankmann... Mr. Green
La prise d'otage donne des frissons, je ne sais pas comment la Chef va s'en sortir...
Et la vieille bique blessée, je trouve ça marrant (non je ne suis pas sadique Mort de Rire )
Continue



___ ___ ___ ___ ___ ___ ___ ___ ___ ___ ___ ___
Revenir en haut
Anna
2000 messages
2000 messages

Hors ligne

Inscrit le: 24 Jan 2009
Messages: 2 273
Localisation: Suisse
29/12/1995
Acteur préféré: Charlotte Schwab
Point(s): 607

MessagePosté le: Dim 30 Aoû 2009, 19:57    Sujet du message: Je me relance ^^ Répondre en citant

Je m'excuse de mon retard mais on dirait que les profs essayent de nous tuer, la première semaine. Alors j'ai pas eu beaucoup de temps.. bref, voilà la suite et j'essaye de mettre la suite dès le week-end prochain, où avant mais c'est pas sur. Bonne lecture !

***********************************************************************************

Nos deux amis se dirigèrent en direction du fourgon du GIGN et, arrivés à l’intérieur, Tom demanda à un des hommes qui étaient assis à plusieurs ordinateurs :

T : Alors ?

H : Nous avons mis les téléphones sur écoute, jusqu’ici nous n’avons rien de plus.

À peine avait-il finit sa phrase que le son d’un appel sortit du haut-parleur. Une cassette se mit à tourner et le l’homme tendit deux écouteurs à nos amis, qui s’en emparèrent.

H1 (dans le bureau) : Oui, Franc, c’est moi Peter, écoutes, suis allé à la police pour voir si Marc y était encore mais ils l’ont emmené ailleurs…

F (Franc) : Quoi t’es allé chez les flics, mais t’es malade ?!!

P (Peter) : écoutes Franc, Marc c’est mon petit frère et c’est hors de questions que je le laisse dans le moïse.

F : Oui, je te comprends, et alors ?

P : Et bah ça a mal tourné, et j’ai été obligé de prendre une flic en otage et de faire vider le commissariat. Maintenant y a des flics partout et je sais pas quoi faire…

F : Non mais t’es complètement fêlé, t’as pris des flics en otage dans leur propre bureau, non mais tu te rends compte ?!!!!!!!!!!!

P : Franc, on est vraiment dans la me**e, mais on est amis, et sans mon aide et celle de Marc toi et Jo aviez aucune chance de réussir ce braquage.

F : C’est vrai on et amis, bon, t’es où ?

P : à la police de l’autoroute…

F : Ok, tu les préviens que je viens, qu’ils me laissent passer si non tu t’en prends à l’otage. Mais surtout tu la tues pas, il faut qu’elle reste en vie si non on est cuits. C’est clair ?

P : Ouais ouais, je t’attends.

La conversation s’arrêta et l’homme dit :

H1 : J’ai localisé le numéro appelé, il s’agit d’un portable qui se déplace sur l’A4 dans notre direction…

T : Très bien, vous pouvez aussi le mettre sur écoute ?

L’homme fit oui de a tête puis pianota sur son clavier quelques instants, avant de déclarer :

H : Le portable est éteint, je vous prévient si quelqu’un venait à l’allumer.

Les deux sortirent du camion puis aperçurent Grandberger et le Chef du GIGN qui s’engueulaient. Ils s’approchèrent au pas de course :

S : Hé, il se passe quoi, Henri ?

CG (Chef GIGN) : Monsieur ne peut se faire à l’idée que j’ai prise, celle d’intervenir dès que les deux hommes seront réunis…

T : Quoi, mais ils vont s’en prendre à l’otage !

CG : Mais non, ils ont dis qu’il ne la tueraient pas si non ils seraient coincés. Et nous n’allons quand-même pas les laisser faire !

S : Les laisser faire quoi ? vous ne savez même pas ce qu’ils projettent !

Ils furent interrompus par la radio de Chef du GIGN qui annonça :

R : épervier 7 à toutes les unités, la voiture du complice arrive dans le parking…

CG : Ok, n’intervenez pas, on attend qu’ils soient les deux dans le bureau, je répète, n’intervenez pas.

Le complice sortit lentement de sa voiture et entra dans le bureau, où se tenaient Peter et Engelhardt, toujours menottée à son radiateur.

P : Te voilà, Franc

F : Quoi mais t’es malade, t’as pris qu’un otage ? S’exclama l’homme, Franc, qui s’averrait beaucoup plus sérieux.

P :J’ai pas eu le temps…

F : Bon, comment on les contacte, à côté ?

Peter désigna la radio :

P : Faut appeler Cobra 11, c’est les deux meilleurs.

F : Cobra 11 écoutez moi bien, je veux deux otages supplémentaires, deux flics en uniforme qui ont cinq minutes pour venir, désarmés, si non c’est la vieille qui va prendre un sacré coup… Terminé. Dit-il dans la radio.

P : T’es fêlé, pourquoi tu demande deux poulets ?

F : Les poulets ils se protègent entre eux.

Dans la cour, la conversation avait tourné au vinaigre entre Andréa, Tom, Semir, et le chef du GIGN :

CG : Je refuse d’envoyer deux hommes supplémentaires, nous intervenons maintenant.

S : Notre Chef est dans ce pétrin et vous croyez qu’on va vous laisser tout foutre en l’air ?!! Ici vous êtes chez nous, donc vous faites ce qu’on vous dit de faire, un point c’est tout.


T : Et nous n’interviendrons que quand Mme Engelhardt ainsi que les deux hommes que nous allons envoyer seront en sécurité.

S : Et quand nous serons là dedans il en reviendra à Mme Schäffer, mon épouse, ainsi qu’aux commissaires Bonrath et Grandberger de prendre toutes les décisions quand à cette intervention. C’est clair ???

L’homme se contenta d’acquiescer, et nos deux héros empruntèrent leurs uniformes à deux collègues qui faisaient un peu près la même taille qu’eux. Celui de Semir était un peu trop long, et celui de Tom un peu petit, ce qui leur donnait une allure des plus comiques. Après avoir remis leurs armes à Boris et Henri, ils pénétrèrent lentement dans le bureau, les mains en l’air. Peter les menotta au même radiateur qu’Engelhardt, puis Semir lança :

S : ça va ?

E : Oui, merci…

Franc, le chef, s’approcha de Semir et lui colla violemment le canon de son arme sur la tempe :

F : Toi ta geule, on va pas vous ménager maintenant que vous êtes trois.

Les trois firent profil bas, et Franc ne tarda pas à s’impatienter :

F : C’est toi le Chef ici ? Dit-il à Engelhardt

E : Oui, mais uniquement de la brigade autoroutière…

F : Alors tu vas appeler tes chers subordonnés et leur dire de ramener l’homme qui a été capturé ce matin et… on va dire deux millions d’euros. À chaque 10 minutes de retard on s’en prendra à un otage, toi la première. Lança-t-il en lui donnant la radio.

E : Central cobra à toutes les unités, ici la commissaire principale Engelhardt. Vous devez ramener l’homme qui a été mis en préventive ce matin, et dont on ne connaît pas l’identité. Ainsi que deux millions d’euros, vous avez deux heures , et toutes les dix minutes en dessus de ce délai, ils s’en prendront aux otages, moi la première. Terminé.

Dehors, Andréa, assise en face d’un ordinateur dans le fourgon, reçu, comme tous les autres policiers qui grouillaient autour du commissariat, l’appel. Elle se procura aussi tôt l’endroit où cet homme était en préventive, le commissariat de la police urbaine de Düsseldorf. Elle s’empara du téléphone et allait composer le numéro quand le Chef du GIGN le lui arracha des mains.

CG : Il faut mieux que je m’en occupe…

Elle le dévisagea puis déclara en récupérant le combiné :

A : Et pourquoi ça ?

L’homme baissa les yeux puis la s’en alla lentement, apparemment vexé. La jeune secrétaire finit donc par appeler la police urbaine de Düsseldorf dont le chef s’averrait être aussi aimable qu’une porte de grange. Celui-ci refusait apparemment de laisser partire l’homme en question et lui raccrocha au nez. Désemparée et angoissée pour son mari, Andréa décida d’appeler le préfet de police pour une autorisation d’urgence. Après maintes explication, celui-ci lui accorda l’autorisation nécessaire à la libération de l’homme. Il fallait maintenant quelqu’un qui fasse le trajet Köln - Düsseldorf en moins de 1h45, sans quoi les preneurs d’otages allaient s’en prendre aux trois collègues. C’est pour finir Henri, mort de peur pour sa bien-aimée, qui se dévoua volontaire, suivi de Boris qui l’accompagna. Henri au volant, les deux partirent sur les chapeaux de roues en direction de Düsseldorf, les autres n’avaient plus qu’à s’armer de patience en attendant de les voir revenir. Feux-bleus-sirènes, Henri roulait à 220 km/h sur l’autoroute, exercice aussi facile pour la porche qu’angoissant pour Boris, qui regardait son collège dépasser les véhicules qui se rangeaient sur la droite. Ils arrivèrent à destination en un temps record, mais entre feux rouges et déviations, nos deux amis mirent 10 minutes à trouver le commissariat en question. Arrivés sur place, ils entrèrent dans le service de police et demandèrent à parler au Chef de division, qui avait reçu un appel du préfet attestant l’autorisation de transport de l’homme. Il leur restait 45 min pour faire le trajet inverse quand on leur donna enfin l’homme en question, qui semblait ne pas comprendre ce qui se passait. À 17.00, l’autoroute était des plus encombrée, et nos deux amis constatèrent avec désespoir que la circulation était nettement ralentie et qu’ils n’arriveraient jamais à temps. Boris s’inquiéta quand Henri se rangea sur la bande d’arrêt d’urgence :

B : Hé Henri à quoi tu joues ?

H : Si tu crois que je vais les laisser lui faire du mal !

Il ne quitta pas la route des yeux, enclencha la sirène avant d’accélérer à fond. Cette fois à 260 km/h sur une bande d’arrêt d’urgence, en heure de pointe et avec Henri au volant, Boris blanchi et pria pour que son ami ne les envoie pas dans le décor puis essaya de rassurer l’homme, qui se tenait à l’arrière avec lui, raide de trouille. À la lumière tombante de magnifique ce jour de novembre, ils arrivèrent à Köln alors qu’il ne restait plus que 5min, hors ils devaient encore faire le trajet jusqu’à Hürt qui durait en temps normal au moins 10 min. Ils fonçaient à 250 km/h sur l’autoroute relativement dégagée quand le radio sonna :

Andréa : QG à Cobra 19, bon Dieux Henri, où vous êtes, les ravisseurs viennent de nous contacter, dans 3 min ils tirent sur la Chef.

Boris se pencha pour attraper la radio :

B : Cobra 19 à QG, on sera pas là avant une dizaine de minu…

Il dégluti quand la voiture accéléra de 20 km/k en 5 sec, puis déclara avec difficulté :

B : Finalement on va peut-être juste arriver Andréa. Faut les faire patienter.

A : Ok, mais dépêchez vous. Terminé.

Les trois fonçaient maintenant à 270 km/h en direction du commissariat, et en plus d’avoir beaucoup de mal à tenir sa direction, Henri ne cessait de regarder sa montre. Mains tremblantes et sueurs froides, Boris essaya de garder son calme quand il constata que le délai venait d’être dépassé. Ils arrivèrent pour finire à destination 7 min. après l’appel d’Andréa, soit avec 4 min. de retard. Henri sortit de la voiture en trombe et entraîna l’homme, qui vacillait avec difficulté. Boris les suivi, lui aussi bien secoué ; et les trois arrivèrent en même temps vers Andréa, qui fixait le sol.

H : On l’a, c’est bon.

Constatant que sa collège ne répondait pas, il demanda :

H : Quoi, qu’est-ce qu’il y a ?

D’une voix embarrassée et pleine d’angoisse, elle commença à parler, sans pour autant quitter le sol des yeux :

A : Henri… juste avant votre arrivée, les ravisseurs nous ont appelés et ont dit qu’on se fichait d’eux… je leur ai bien dit que vous étiez en routes avec l’homme et que vous alliez arriver d’une minute à l’autre mais ils ont pas voulu me croire… ils ont dit qu’on les embobinait et qu’on avait pas l’air de tenir à notre Chef…

Elle marqua un arrêt, et regarda son collège droit dans les yeux :

A : Y a eu un coup de feu, Henri.

***********************************************************************************

Voili voilou ^^



___ ___ ___ ___ ___ ___ ___ ___ ___ ___ ___ ___
"Und was wie ewig schien ist schon Vergangenheit"

www.quelquehistoires.skyrock.com
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
venus95
2000 messages
2000 messages

Hors ligne

Inscrit le: 26 Avr 2009
Messages: 2 327
Localisation: Poitou-Charentes
21/06/1995
Acteur préféré: Christian Oliver
Point(s): 106

MessagePosté le: Dim 30 Aoû 2009, 20:14    Sujet du message: Je me relance ^^ Répondre en citant

slurp slurp slurp slurp je ne regrette pas le retard sa vaut le coup 10/10 10/10


Revenir en haut
Tchern
Producteur
Producteur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Fév 2009
Messages: 1 228
01/04/1965
Acteur préféré: Pas de préférence
Point(s): 682

MessagePosté le: Lun 31 Aoû 2009, 06:59    Sujet du message: Je me relance ^^ Répondre en citant

Là tu es dur Anna ! Je sais que tu veux une fin glorieuse pour la Chef mais là c'est vraiment dur !
Pauvre Henri qui a toujours eu le béguin pour la Chef !
Je pense qu'il va se facher tout rouge .... il va y avoir de la casse !

La suite vvviiiiiiiiiiiiiiiiitttttteeeeeeeeee !!!!! Wink



___ ___ ___ ___ ___ ___ ___ ___ ___ ___ ___ ___
Sans méchants pas de bons flics !
Revenir en haut
Anna
2000 messages
2000 messages

Hors ligne

Inscrit le: 24 Jan 2009
Messages: 2 273
Localisation: Suisse
29/12/1995
Acteur préféré: Charlotte Schwab
Point(s): 607

MessagePosté le: Lun 31 Aoû 2009, 07:44    Sujet du message: Je me relance ^^ Répondre en citant

Mais qui te dis que je vais la faire claquer, j'ai jamais dit que j'allai faire une deuxième fin pour elle !

Elle s'est peut-être juste prise une balle et elle va endurer d'atroces souffrances Twisted Evil et comme niveau sadique je reste raisonnable... où alors elle est morte, à vrai dire moi même je ne sais pas encore comment ça va tourner siffle On verra bien !



___ ___ ___ ___ ___ ___ ___ ___ ___ ___ ___ ___
"Und was wie ewig schien ist schon Vergangenheit"

www.quelquehistoires.skyrock.com
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Alkhobra
1500 messages !
1500 messages !

Hors ligne

Inscrit le: 27 Fév 2009
Messages: 1 531
Localisation: Provence-Alpes-Côte d'Azur
26/03/1988
Acteur préféré: René Steinke
Point(s): 185

MessagePosté le: Lun 31 Aoû 2009, 16:10    Sujet du message: Je me relance ^^ Répondre en citant

J'imagine le tableau avec Semir et un blouson trop grand, Tom avec un pantalon trop court qui laisse voir ses chaussettes Mr. Green
Trop fort la course contre la montre avec Henri s'improvisant pilote de course XD
J'aimerai bien savoir si la chef s'est vraiment pris une balle... Un peu de sadisme ça pourrait être marrant Mort de Rire

Vivement la suite en tout cas



___ ___ ___ ___ ___ ___ ___ ___ ___ ___ ___ ___
Revenir en haut
Tchern
Producteur
Producteur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Fév 2009
Messages: 1 228
01/04/1965
Acteur préféré: Pas de préférence
Point(s): 682

MessagePosté le: Mar 1 Sep 2009, 06:51    Sujet du message: Je me relance ^^ Répondre en citant

Vous êtes dur avec la Chef, Alkhobra et Anna ........

Mais bon j'attends la suite quoi ! Mr. Green



___ ___ ___ ___ ___ ___ ___ ___ ___ ___ ___ ___
Sans méchants pas de bons flics !
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 21:13    Sujet du message: Je me relance ^^



Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Alerte Cobra : Fanclub Français : Le forum de la communauté des fans Français Index du Forum » Le coin détente » Fanfics » Fanfics {classique} Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001- 2004 phpBB Group
Designed for Trushkin.net | Styles Database
Traduction par : phpBB-fr.com